05/06/2016

La rue DAMSEAUX

Autrefois, cette rue était appelée "rue aux Pierres" et on y accédait depuis la ville en passant le pont Baulde qui enjambait l'Orneau aujourd'hui couvert et coulant sous la place du même nom. On la rebaptisa rue Adolphe Damseaux du nom d'un professeur d'agriculture générale à l'Institut Agricole de l'Etat de 1860 à 1908 . Il a laissé un ouvrage sur les engrais, paru aux éditions Mayolet à Bruxelles en 1887. Natif de Trois Ponts, il fut bourgmestre de Gembloux de 1906 à 1916, c'est à-dire aussi pendant l'entrée des allemands à Gembloux le 20 août 1914. Il meurt à Gembloux en pleine guerre, le 23 octobre 1916, environ un mois avant la déportation de 1600 hommes vers l'Allemagne le 20 novembre 1916.

damseauxbourg.jpg

portrait d'Adolphe Damseaux -  source CRAHG - bulletin 75
auteur inconnu © D.R.



-------------------------------------------------------------


 
A droite de la photo, avec une roue de vélo comme enseigne (coin supérieur droit), on voit le magasin de Félix Sellier, qui par après, lors de la démolition des maisons de droite, s'est retrouvé de l'autre côté de la place de l'Orneau, près du café du Grand-Duché.
 
Carte postale Edition Belga-Bruxelles n° 56877 - auteur inconnu © DR -
date inconnue- Source Delcampe.net


aout 2004

2.PNG
Bas de la rue, à la place de l'Orneau.

Em montant la rue.....


2.PNG
première moitié... on voit à gauche, après la première maison,
une entrée et les locaux du collège Saint-Guibert.

1.PNG
deuxième moitié, dans le sens de la montée, au coin de la rue Malaise; en haut, la rue Hambursin.


2.PNG

En bas de la rue à droite en montant, on peut voir cette très belle villa typique, dont la façade est recouverte de végétation. Quand j'étais adolescent, elle me faisait penser à une villa issue d'un film fantastique et le soir, lorsqu'il fallait passer devant, sans grand éclairage, je changeais de trottoir... Après, adulte, quand j'avais moi-même de jeunes enfants, j'y suis allé et j'ai demandé à la propriétaire si je pouvais ramasser des marrons tombés au sol, car l'école avait demandé cela aux enfants. Il y a  en effet un majestueux marronnier à droite de la maison. J'avais été chaleureusement accueilli par une dame. Il y a 16 ou 17 ans de ça. Je ne sais pas si c'était déjà elle qui occupait la maison quand j'avais peur de passer devant les grilles étant jeune.


Je ne lui en ai pas parlé... Ça remonte à 48 ans environ....
 
*** 
Ici, on descend la rue en venant de la rue Hambursin, et à droite on voit le début de la rue Malaise, en face des escaliers vers la rue Chapelle Marion, escaliers qui mènent à la Charmille, CPAS et vers l'ancien arsenal des pompiers.  On voit aussi  sur l'ancienne photo à gauche, que les bâtiments du Collège Saint-Guibert n'existaient pas encore à l'époque.
 
 
 carte postale sur Delcampe.net - auteur inconnu © DR
 
 
 
1.PNG
Carrefour avec les rues Malaise et Chapelle-Marion. Au coin à droite, la maison blanche est celle qu'habitait notre grand-mère, à Philippe Depireux et moi-même, Léona Lemière, notre nènène, veuve de Joseph Depireux, notre grand-père, Lî Poyion. Lorsque la neige ou le verglas s'emparait de la rue, Philippe et moi allions chez Nènène voir ce qu'il lui fallait comme commission, car la marche était trop dangereuse pour elle. 

1.PNGDepuis le haut de la rue vers le centre ville, première moitié

2.PNG
En face, la place de l'Orneau
En bas à droite la rue, il y avait un marchand de charbon, Marcel Bouffioux.
photo © D.R. - auteur inconnu


2.PNG
bas de la rue qui débouche sur la place de l'Orneau - 2014
Photo Marc Delforge



2.PNG
deuxiéme moitié

6.PNG
dans le fond de la rue à droite, on longe le Collège Saint-Guibert



  
10.PNG

carte de 1924 - source Delcampe.net - © DR - auteur inconnu

Le haut de la rue - Sur la gauche et la droite, la rue Hambursin
A l'arrière-plan l'église à gauche et le beffroi à droite.
Vraisemblablement prise depuis l'actuelle rue Namêche



Écrit par Jamyloup | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | |

Commentaires

Un petit coucou de Bruxelles Bon dimanche A+

Écrit par : Charles | 14/05/2006

photos ou cartes postales Bonjours,
Cela vous serait possible de me faire parvenir 2/3 vues d'ensemble de St.Adéle . C'est pour le frere de ma belle fille ,il doit partir 1 an à St.Adéle ( nous sommes à la fontiére Suisse pres de Genéve)On doit lui faire un petit recueil avant qui parte.
Je vous remercie salutation

Écrit par : lefevre | 12/10/2007

Léona Lemière, veuve de Joseph Depireux, un ami de mon pere Charles Halloy, Horloger Bijoutier en haut de la grand rue numero 96.
J'ai dans ma collection une boite originale d'ustensile de table en acier inoxidable fait a la main par votre grand pere. Il l'a donne a mes parents en 1955. Les couteaux coupent encore parfaitement. Les manches sont en bois vernis.
J'ai montre ces photos a ma femme micheline qui a ete a Gembloux trois fois avec moi pour visiter mon oncle George, qui etait pensionne de la pharmacie sur la place de l'hotel de ville.

Écrit par : gerard halloy | 22/03/2010

La rue Malaise Je suis émue en lisant ce qui précède.
Ma grand-mère paternellet, Mme Alphonsine Frennet vivait au 17, rue Malaise. J'y ai passé des jours heureux dans mon enfance. Malheureusement, mes parents ont vendu cette maison et quand je vais à Gembloux pour la Toussaint, je ne peux m'empêcher de passer dans le quartier et j'éprouve alors du cafard.

J'aime beaucoup Gembloux et je souhaiterais obtenir le texte de la chanson en wallon : Giblou mes gins. Si vous la possédez merci de me l'adresser par internet.

Mes amitiés à tous les gembloutois.

Michèle Ruys

Écrit par : RUYS Michèle | 25/03/2010

Les commentaires sont fermés.