24/02/2017

La rue du MOULIN

C'est une rue typique de l'ancien Gembloux et de ses racines médiévales: une rue des faubourgs. Le faubourg signifie: "fors le bourg" donc, tout ce qui se trouvait à l'extérieur des remparts ou des portes d'accès. 

La rue du Moulin relie le centre, via la Place de l'Orneau, au quartier de la gare via les rues du Coquelet et des Volontaires.

J'y suis né le 12 décembre 1954 au numéro 45, dans une maison qui donne sur l'Orneau et qui se situait au fond d'une cour, bordée par les ateliers de la défunte coutellerie Lam d'Or, de mon grand-père Joseph Depireux.

DSCN5256.JPG

La rue du Moulin tient son nom d'un moulin à eau qui s'y trouvait jadis, sur la rivière Orneau, un peu à gauche en face du bassin d'eau qui rafraîchit le pied de la tour (du Nord) des anciens remparts, lorsqu'on lui tourne le dos. Ce moulin s'est écroulé en mai 1940 sous les bombes nazies. Dans les années soixante se trouvait là l'imprimerie et la librairie Mignon. J'y allais souvent acheter du matériel pour l'école et j'étais toujours reçu par l'extrême gentillesse de Christiane, la vendeuse, qui devait par après épouser Marcel Mignon, un des fils du patron. Je les embrasse amicalement..

La rue s'appelait "rue du Werd Moulin"  ou rue "Verimolin", corruption wallonne de l'expression "vers le moulin", et serpentait le long de l'Orneau, le long des remparts, sur un axe nord-nord-ouest. Le moulin était un des 3 moulins de l'abbaye avec l'Escaille et le Moulin du Bedauwe. On y moulait le grain et il fonctionna jusqu'au début du XXè siècle. Ce moulin était nommé "Moulin de dessous le Mont" vraisemblablement dû au fait qu'il faisait face au promontoire rocheux sur lequel était édifiée l'abbaye. Il était situé face à la tour des Sarrasins.



. Carte postale Editions Bertels, rue de Laeken à Bruxelles, 1910 - Source Delcampe International 



DSCN5265.JPG
6.PNG

La rue abritait aussi  La Poste (distribution) et l'ancien "Cinéma Royal", la salle de spectacles de la Faculté d'agronomie et du Foyer culturel. J'en ai usé des fonds de culotte dans ce cinéma, gamin avec mon papa, j'y ai vu les plus grands classiques: "Sous le plus grand Chapiteau du Monde", "Ben Hur", "Le gentleman de Cocody", "West Side Story", "Les 101 Dalmatiens", des westerns et des films policiers en noir et blanc. J'ai le souvenir de ces odeurs de sièges en velours, du goût du frisko "Noisella", des joues rubicondes et rebondies de la dame qui passait avec le panier de confiseries à l'entracte, après le documentaire et le dessin animé. A noter que le Cinéma Royal, géré d'une main de fer par Albert Lacroix, était dans un bâtiment qui jouxtait le square de la tour vers 1920 jusqu'aux bombardements de 1940.

6.PNG

A l'époque il y avait aussi le cinéma Agora, place de l'Hôtel de Ville, près de l'embouchure de la rue Puits Connette. . Et je repense à ce bon temps avec nostalgie en songeant à la chanson d'Eddy Mitchell, "la dernière Séance".
 

*** 

moulin rue super.PNG

Ci-dessus la rue vers la rue des Volontaires. A l'avant-gauche, l'enseigne du magasin de la coutellerie Lam d'Or,
chez mon grand-père, Joseph Depireux, Li, Poyion. A droite au fond, la villa Maerschalk, puis Sacré.
document: remerciement Philippe Depireux

 

 

 Ci-dessous, on distingue dans le fond la place de l'Orneau. A l'avant-plan à gauche, la maison des Chilot, toiture-zinguerie etc, Le patron et père de la famille, Louis, louait des ateliers de l'ancienne coutellerie, chez mes parents pour y stocker son matériel.

 

 "Copyright IRPA-KIK - Bruxelles" -cliché M120404 - Lucien Hoc - 1955



moulinguerre.PNG
après les bombardements en mai 1940 - document Philippe Depireux.



 DSCN5267.JPG
Dans le fond, la place de l'Orneau. Sur la droite, derrière la voiture l'ancienne librairie Mignon


01.PNG
© KIK-IRPA, Brussels (Belgium), cliché M120407 - Lucien Hoc - 1955


2004

 ***

Les maisons à droite bien sûr n'existent plus.  

                                          "Copyright IRPA-KIK - Bruxelles" -cliché M120406 - Lucien HOC - 1955 

DSCN5269.JPG

***

Entrée de la rue du Moulin depuis la place de l'Orneau. Sur le coin, le salon de coiffure de Franz Piette, chez qui j'allais avec mon père. Mais ceci, après que Franz eut déménagé de l'autre côté de la rue Damseaux, sur la place de l'Orneau, en face de la rue Notre-Dame. Il est curieux de constater qu'environ où se trouve le personnage à droite de la photo, se situait aussi un salon de coiffure (l'ancien restaurant "Chez Marthe") tenu par Philippe Soudant qui a été apprenti chez Franz Piette... 

 

"Copyright IRPA-KIK Bruxelles" -  cliché M120408- Lucien HOC - 1955 

 ***

  Le même endroit mais sous un angle légèrement différent. A l'entrée de la rue du Moulin, à droite, on voit le magasin de cigarette où j'allais acheter des cigarettes "Armada Drakkar" pour ma maman et du tabac à rouler pour papa. J'ai oublié le nom des gens qui tenaient ce tabac. A droite, avec les volets fermés, l'ancien bureau des contributions. Je ne dis pas ça méchamment, mais l'été, fenêtres ouvertes, quand j'étais gamin, on pouvait parfois voir un employé ou l'autre somnoler.

"Copyright IRPA-KIK Bruxelles" - cliché M120410 - Lucien HOC - 1955 

*** 

  L'entrée de la rue dix ans plus tard en 1965. Le salon de coiffure a été démoli et à gauche se situe le commerce des meubles Socquet. Les travaux commencent à l'entrée de la rue à gauche. Les meubles Socquet occuperont plus tard tout un nouveau bâtiment qui ira jusqu'à la façade de la prochaine maison à gauche, après la bétonnière. A noter le scooter à gauche. La dernière maison que l'on voit dans la rangée de droite des habitations, derrière un grand sapin, est la fameuse villa de Maerschkalk, en face du Cinéma Royal

                                            "©  IRPA-KIK Bruxelles" cliché M120378 - Lucien HOC - 1965 

1.PNG
                       

     vers la tour des Sarrasins, dos à la place de l'Orneau     


moulin4045.PNG
Au bout à droite, la villa de Maerschalk qui semble
avoir été épargnée par les bombes nazies des 10 et 12 mai 1940

guerreruemoulinboum.PNG
juste un peu avant par rapport à la photo précédente.

capture d'écran Canal Zoom - collection CRAHG - Legros.


DSCN5266.JPG
Le bâtiment à droite, la villa Bailly qui se situe juste en face de la petite cour-ruelle
qui aboutit à ma maison natale. Ci-dessous la villa


DSCN5255.JPG

 

Je me rappelle de Monsieur Bailly qui jardinait toujours avec son chapeau à ruban sur la tête. Ma soeur et moi nous amusions à lancer des petits graviers à l'aide de nos raquettes de badminton vers l'infortuné voisin qui se demandait d'où venait cette pluie de minuscules météorites... Le fils François réparait les montres et les horloges: ce n'était pas son métier mais une passion; il en avait une autre qui consistait à taquiner la dive bouteille plus que modérément et souvent lorsqu'il rentrait, très tard, c'était un spectacle de le voir essayer de mettre sa cléf dans la serrure de la porte..Je me rappelle très bien de la fille, véritable charpente de la famille, Mimie, de sa démarche décidée, de son éternelle cigarette aux lèvres et de la maman la rougeaude et gentille Madame Bailly.

"Copyright IRPA-KIK Bruxelles" cliché M120375 - Lucien HOC - 1965

soquet.jpg
Publicité pour les établissements Socquet, parue en juillet 1957.

 

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

*** 

Cette rue a bercé ma jeunesse et tous les enfants du quartier y jouaient; il n'y avait presque pas de circulation d'autos au début des années 60 et en été, la rue était pleine d'enfants qui s'égayaient et d'adultes qui bavardaient sur le pas des portes. Temps malheureusement révolu... Et les enfants barbotaient dans le bassin d'eau devant la tour des Sarrasins, quand il faisait chaud, et on se croyait au bord de la mer...
 


01a.PNG
en 1967 - document Pierre Fourneau

DSCN5262.JPG

Dans ce petit square (comme on l'appelait) on peut trouver un buste en bronze en mémoire du roi Albert Ier.
Le buste a été déplacé comme on peut le voir en comparant les deux photos.

L’image contient peut-être : 1 personne
courtoisie Philippe Depireux.

01.PNG
Votre serviteur, ado, sous le buste du roi à son ancien emplacement
photo © Philippe Depireux

DSCN5263.JPG
Maintenant

Le samedi matin on écoutait le hit-parade à la radio, assis sur les trottoirs et on notait la marque des rares voitures qui passaient dans la rue; nous en avions fait un jeu avec mon ami Jean-Marie Brutin.


horgnies.PNG

 à gauche le "square" de la tour des Sarrasins. Avant la grosse maison se trouvait le Cinéma Royal
bombardé en mai 1940. A droite, l'enseigne "Agfa" sur la façade du photographe Horgnies,
à deux maisons de chez moi.  - photo © Philippe Depireux             



capture186.jpg
  [© KIK-IRPA, Bruxelles (Belgique), cliché M120376]

Et je me rappelle aussi des gens qui vivaient dans la rue et dont les sobriquets embaument les effluves du passé: Matokiki (j'allais chanter "Ma tonkinoise" sous ses fenêtres) qui était ma bête noire, et qui était voisine du magasin L'Elan (à droite sur la photo). Quand elle voyait ma maman elle lui disait: "Nana, Jamy est encore venu chanter Ma tonkiki chez moi !" Je crois qu'elle était un peu sorcière ou voyante de foire ou qu'elle faisait tourner les tables. Elle avait le même visage renfrogné que son chien pékinois, mais qui lui n'était pas maquillé à outrance.  Je suis en train de songer que finalement, un pékinois et une tonkinoise, ça devait faire bon ménage... Il y avait aussi Bouboule, le réparateur de vélos, avec son béret poisseux et sa barbe jamais faite. Je me rappelle de l'électricien Monsieur Durviaux et sa 4 CV bleu clair, à côté du marchand de vêtements en cuir, Godfrine, du marchand de meubles Kennis, qui entreposait de la marchandise dans les ateliers chez moi, et de bien d'autres encore, du fleuriste, le gentil Franz Sablon que nous appelions "Loulou". On voit son magasin sur la photo ci-dessous prise en août 2004, bâtiment qui est maintenant rasé puisqu'on a ré-ouvert la vue sur la rivière Orneau. Il y avait d'ailleurs là jadis un pont.
Voir Clos de l'Orneau

*** 

La fin de la rue en venant de la rue des Volontaires, vers le centre, Place de l'Orneau. A droite la magasin de "Loulou" Sablon.

Août 2004. Photo GILLES JM

 

 Le même endroit en 1905. On voit la villa Sacré qui sur la photo actuelle est cachée par les arbres. A gauche la grille d'entrée de la propriété Piérard et l'entrée de la coutellerie.
Carte postale d'époque 

 
 
 
sablon.jpg

ruedumoulin.JPG
 
La rue du Moulin vue en venant du croisement de la rue des Volontaires et de la rue du Coquelet. On voit à gauche dans le virage, une dame sur le seuil d'un établissement, café Jaris ou Joris ?
Cette carte a circulé en 1911. (photo H.Bertels)  

01.PNG
 
 
 

DSCN6967.JPG

 
23.JPGsource - Delcampe.net - LIEN
La carte est estampillée à l'envoi par La Poste le 22-08-1922

A droite dans le fond, la coutellerie Piérard KARA s'était installée.Juste avant les grilles d'une propriété où se trouvait un dentiste dans ma jeunesse. A gauche, une maison avec deux enfants devant la porte, voir l'article sur la boulangerie Godfrine.


De cette carte postale, on voit au fond à droite un mur d'enceinte, avant les bâtiments de la coutellerie Piérard.
Aujourd'hui, un grand chantier est en cours à cet endroit

DSCN5248.JPG

01a.PNG

L'arrière de la coutellerie Piérard et usine - 1999
Devant les usines, la rue du Moulin. A gauche on voit la toiture en pointe tronquée de la maison du fleuriste Sablon.
document Marc Delforge


Démolition de la coutellerie Piérard, rue du Moulin - Canal Zoom - 24-02-2017


2.PNG

----------------------------------------------------------

debande.jpg
Publicité, juillet 1957

Écrit par Jamyloup | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | |

Commentaires

Nov 2008: Toutes mes félicitations pour cette collection de photos, et de petites histoires, sur Gembloux.

Écrit par : Hervé | 11/11/2008

Bonjour,

En cherchant tout autre chose je suis tombé sur votre blog. Il est remarquable de fraîcheur et de nostalgie !
Je suis né aussi à Gembloux : en septembre 1939 au 16, rue du Moulin (boulangerie Chasseur) en face du magasin « L’élan » et de la petite maison des Nicaise. (Mon grand-père maternel était Georges Chasseur.)
Je m’empresse de faire la pub de votre blog auprès de ma famille et de vieux gembloutois.
Toutes mes félicitations pour ce beau travail.
Robert

Écrit par : LUXEN Robert | 05/03/2009

Cher Jami,
J'ai revu avec plaisir ton blog. Cela me ravive quelques souvenir vu que je suis né en 1943 au numéro 47 au dessus de l'ancien magasin de notre grand père et nous avons habité quelques années dans la pièce devant ou se trouve maintenant le local de la CSC.
A+.
Dan.

Écrit par : Depireux Daniel | 19/02/2011

Les chaudes journées d'été étaient bien agréablement rafraîchies par une petite baignade interdite dans ce bassin à l'onde pure.
Le parc et les serres de la fac étaient aussi un terrain d'aventures inépuisables, ainsi que l'ancienne sucrerie gembloutoise au moment de sa fermeture...

Écrit par : Sixtine | 30/01/2012

J'ai rarement pu lire de bons posts.
Hésite pas à m'écrire un mail si tu as envie de discuter du thème de l'article un peu plus profondément.
A très vite j'espère !

Écrit par : http://www.poele-et-bois.com | 01/02/2012

Bravo! Que de souvenirs...J'ai habité cette rue jusqu'en 1955, je crois que c'était à côté de chez Bouboule (quand le klaxon va, tout va). J'avais aussi peur de Matonkiki...
Je suis la fille de Juliette Harzée.
Je reviendrai certainement me replonger dans ces souvenirs.
Merci de me les avoir rappelé.

Écrit par : Micheline De Belder | 09/01/2013

Bonjour !

Félicitation pour ce blog très bien tenu et pour la mine d'informations que vous faites jaillir du passé :)
Étudiant en architecture, j'ai un exposé à réaliser qui est en partie centré sur l'historique de cette rue du moulin. Je me demandais si vous auriez peut-être un peu plus d'informations sur la rue, notamment sur les coutelleries qui s'y étaient installées, sur ce fameux moulin "de dessous le mont" (moulin à eau ?), et enfin sur la fonction passé du gros bâtiment qui est aujourd'hui le cinéma royal.

Je vous remercie infiniment.
Cordialement.

Écrit par : thibo | 03/03/2013

Bonjour Thibo,

Comme je l'écris, je suis né dans cette rue: je suis le petit-fils du coutelier Joseph Depireux; j'ai grandi entre ses anciens ateliers, dans une petite maison, en contrebas de la rue, dont le jardin chevauchait l'Orneau, mais avec la chaleur de l'amour comme on connaissait dans les années 50 et 60, au n°45 de la rue, et juste à côté, se trouvait le magasin de mon grand-père où étaient vendus les produitsde son incroyable génie. Plus loin dans la rue, se trouvait la coutellerie Pierard, devenue après "Kara".

A ma connaissance, et suivant ce que ma maman m'a toujours raconté, ce cinéma a été construit à dessein pour servir de cinéma; l'origine du bâtiment est donc sa fonction. Pour votre information, ce cinéma se trouvait avant à droite de la tour des Sarrasins, lorsque vous la regardez de face.

Si vous voulez d'autres renseignements et si je les connais laissez moi votre email svp.

Écrit par : jamyloup | 03/03/2013

Un grand merci pour votre réponse aussi rapide ! Je vous laisse mon e-mail :
thibo.leroy@hotmail.fr
J'avoue avoir encore une où deux questions. C'est tout même assez rare de pouvoir questionner une personne qui a réellement vécu le lieu ! :) Mon analyse n'en sera que plus authentique. Pourriez-vous m'envoyer votre e-mail pour que je puisse vous expliquer les quelques détails qui m’intéresseraient.

Je vous remercie sincèrement pour le temps passé à me répondre !

Écrit par : Thibo | 03/03/2013

Les commentaires sont fermés.