10/12/2016

Coninsart (ferme de)

Au XVIIIè siècle, la Cense de Coninsart et celle de la Haute-Baudecet, dont les terres se touchent, sont deux des plus belles exploitations agricoles de la Hesbaye. La Cense de Coninsart comportait 110 bonniers, plus les bois de la dépendance de Coninsart, juridiction de Petit-Manil. Elle était la propriété de l'abbaye de Gembloux.


2.PNG"Carte figurative de la ferme de Colinsart et des bois de sa dépendance, appartenant à l'abbaye de Gembloux; dressée par l'arpen..."1761 - 1762 - Archives Royales


1.PNG
Selon plusieurs ouvrages, en 1794 le fermage de Coninsart était de 1206 florins et 250 stiers d'orge. En 1785, il était de 1306 florins et 150 stiers d'orge. Le censier de Coninsart devait, outre son rendage, satisfaire à l'Abbaye de Floreffe et curé de Grand-Leez pour rente en grain. Il doit payer les XXè des bois de l'Abbaye de Gembloux sis à
Petit-Manil.


1.PNG
Philippe Gomand-Piérart tient Coninsart par bail de 1707 à 1715, recommence une nouvelle période de 1716 à 1724, mais meurt en 1720. Son fils Philippe Gomand-de Lathuy lui succède de 1720 à 1778. 


1.PNG
Jean Gomand-Labar (fils de Philippe Gomand-de Lathuy) lui succède de 1779 à 1793. De 1794 à 1803, la cense passe au gendre de ce dernier, Antoine-Joseph Staquet-Gomand et à son fils.


1.PNG

  Coninsart a donc été tenue par la famille Gomand pendant un siècle par baux successifs

Ces quatre documents photos sont déjà publiés sur le site de Sauvenière. Merci à Ph. Laduron





1.PNG

Vue aérienne ancienne artistique. Au premier plan, la nationale 29.
Vers la gauche, Gembloux, à droite, l'entrée du bois de Buis.


1.PNG

 Un petit édifice religieux, une niche murale, consacrée à Saint-Donat se trouve dans une étable de la ferme
( source Philippe Josis CRAHG)


1.PNG

© Google Earth - août 2016





Écrit par Jamyloup | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Et c'est à hauteur de la ferme de Coninsart qu'en 1989 on a trouvé heureux de supprimer 400 mètres de la voie romaine, par la grâce d'un plan de remembrement.
Grande première pour cette voie historique, qui a résisté à tout mais pas à l'agriculture intensive et ses "besoins" (couplés évidemment à la bonne structuration du patrimoine des agriculteurs, qui ont tant l'oreille des édiles locaux).

Voir la partie supprimée, en rouge sur le site suivant:
https://www.balnam.be/sauveniere/chemin/1

Écrit par : Colas | 18/12/2016

Les commentaires sont fermés.